Oublier Clara

Notre avis :

"En fin de compte, tout se résume à ça : prendre son envol, par des migrations physiques ou des manifestations d’indépendance. Naguère Iouri habitait Mourmansk, en Russie, au nord du cercle polaire, sur la mer de Barents. Là-bas, bernaches, sternes, guillemots, fulmars et bécasseaux survolaient la toundra. Du port de la ville ou d’un poste d’affût, l’adolescent aimait s’abîmer dans leur contemplation. Les oiseaux l’allégeaient. Ils « étaient ce qu’il ne serait jamais : des êtres puissants et libres. Il se prit à rêver d’être l’un d’entre eux », note Isabelle Autissier dans Oublier Klara. C’est ainsi que se forge, dès la prime adolescence, une vocation d’ornithologue. C’est ainsi que la solitude rapproche les hommes et les bêtes." Le monde

Voir le document
Go to top